Pour faire suite à la Partie 1 de ce blog, je voudrais m’attarder sur des pistes de solutions ou de réflexions possibles. Mais d’abord, j’aimerais revenir sur un questionnement fréquent : comment peut-on continuer à faire semblant de trouver un sens à quelque chose qui n’en a tout simplement pas?

L’authenticité (les kantiens s’y reconnaîtront) renvoie à un principe qui consiste à penser par soi-même, à peut-être avoir une vie plus responsable et à une existence plus profonde. Selon plusieurs philosophes et psychologues, la perte de sens dans la vie pourrait être attribuée à une pathologie de notre civilisation actuelle.

Commençons par une histoire de clown

Ou les aléas de la superficialité…

Vous aimez les clowns? Personnellement, je ne les ai jamais vraiment appréciés à part sous les chapiteaux. Je me rappelle en avoir possédé un très jeune et il me faisait très peur (il faut dire que c’était les années de la poupée Chucky…une parenthèse de légèreté ici!) Bref, j’ai fini par comprendre mon malaise. Je n’arrivais pas à saisir l’expression véritable de cette poupée avec ses traits bariolés de couleurs. Clown gentil, clown méchant, clown triste, clown amusant ou simple Bonhomme Sept Heures? Après l’avoir balancé à la poubelle, j’ai découvert en grandissant que les clowns sont bien réels et se complaisent dans notre sphère sociale ainsi que dans notre milieu professionnel. Pire, ils s’encouragent mutuellement dans une sorte de jeu d’improvisation.

Vous vous demandez probablement où je veux en venir avec cette histoire de clown, d’autant plus qu’il s’agit d’un blog sur l’éthique. J’y arrive!

Le travail du clown consiste à jouer une comédie fondée sur une forme d’improvisation enracinée dans l’instant présent, le concret, l’imaginaire, le public et les pairs. Un clown sachant retenir l’attention du public peut être qualifié de bon comédien. Son jeu d’acteur est à la fois une constante improvisation et une forme d’adaptation au monde extérieur. D’une certaine manière, les clowns attirent l’attention sans pour autant révéler le fond de leur personnalité. D’ailleurs, ils projettent sur le monde extérieur une vision déformée de ce qu’ils sont vraiment.

Le besoin de reconnaissance…ou d’attention

En voulant attirer l’attention sans vouloir montrer leur vrai visage ou leurs propres valeurs, les gens nourrissent des ambitions assez particulières (si on peut les qualifier ainsi). D’un côté, il y a ce besoin d’être reconnu à tout prix en projetant une vision déformée de ce que l’on est, et de l’autre, ce besoin de diriger l’attention, parfois inconsciemment, des gens sur sa propre personne. Et ce, à tout prix! Comme une sorte de maladie qui gruge l’être de l’intérieur.

En agissant ainsi, il devient difficile d’avoir une relation sincère et authentique avec autrui…autant sur le plan professionnel que personnel. La psychanalyse amène une piste de réflexion qui consiste à s’interroger sur les besoins qui n’ont pas été comblés durant l’enfance. Pourquoi ce besoin de plaire à tout prix au détriment de ce que l’on est vraiment?

Souffrir au quotidien

Lorsque nos valeurs sont mises à l’échec dans ce que nous avons à réaliser au quotidien et que le sentiment de faire ce qui est bon et juste s’effrite, il devient extrêmement difficile de continuer nos activités. Le sentiment du travail bien fait disparaît peu à peu et l’on retourne à la maison dérouté ou secoué par cette perte de sens et cette impression d’être inutile. Bien que présentes à un degré différent aujourd’hui, des institutions aidaient autrefois les gens à s’y retrouver. Pensons par exemple à la famille, à la communauté, à la religion, etc.

Retrouver un sens

Évidemment, il n’existe pas de solutions miracles pour retrouver un sens à son quotidien. Mais pour y arriver, il est important de récupérer sa motivation et son énergie.

La vie humaine n’étant ni blanche ni noire, éviter d’avoir une attitude scientifique rigide devant le monde qui nous entoure peut s’avérer utile.

Dans une période de profonde détresse, accepter de perdre ses repères pour affirmer sa différence peut apporter une nouvelle réalité remplie de découvertes.

Peut-être qu’au fond, être authentique c’est accepter d’être un brin rebelle!

Éthiquement vôtre,
S.L.

Qu'en pensez-vous? 2 commentaires

Votre commentaire